Reconnaissance d’un préjudice permanent exceptionnel: le préjudice de dépersonnalisation avec perte identitaire